Comment faire une veille numérique efficace en 6 points à Brest et en Bretagne?

Comment faire une veille numérique efficace en 6 points à Brest et en Bretagne?

Loïse Barbé

Community Manager et Photographe à Brest et aux alentours (Finistère)

Pourquoi est-ce vraiment nécessaire et utile de réaliser une veille numérique?

Le numérique évolue en permanence tout simplement parce que les algorithmes changent régulièrement, tous les 6 mois, tous les ans. A chaque fois, il y a comme une panique numérique car il va falloir s’adapter aux changements.
Se tenir au courant de ces modifications, est indispensable, sous peine d’être vite dépassés.
Cet aspect est intrinsèquement lié au « job » de community manager ou de tout expert du digital.
Les algorithmes sont améliorés pour mieux performer et pour s’adapter aux nombres d’utilisateurs sans cesse croissants ;  les stratégies des plateformes évoluent aussi.
C’est également lié au mode de fonctionnement du numérique qui est de surfer sur les dernières tendances.
Si on applique des stratégies et des méthodes d’il y a deux ans ou 5 ans, elles ne marcheront tout simplement plus.

Est-ce indispensable ?

Cela sert tout simplement à bien comprendre son domaine d’expertise. 
Ce qui était vrai il y a 3 ans, ne l’est plus car il y a des tendances.
Des startups se créent et développent de nouveaux produits et outils numériques.

La veille est donc indispensable. On doit tester les nouveautés.

En matière de veille, le Community manager ou le Social Media Manager a « le choix » et la veille numérique, n’est pas la seule veille qu’il réalise :

– La veille numérique
– La veille  concurrentielle

Et ce que j’appellerai :
– La veille Inspirationnelle.

J’ai décidé aujourd’hui de vous parler de la veille numérique et de vous dire comment je la réalise.

Avant d’aller de me former aux réseaux sociaux et d’aller en formation, il y a trois ans maintenant,  j’ai beaucoup appris au début  sur le groupe du Journal du Community Manager sur Facebook.
Sur ce groupe, on peut poser des questions, partager des interrogations. Quand on travaille seul, c’est capitale pour trouver des solutions à nos petits soucis techniques.

Au début, je ne connaissais personne qui faisait mon métier d’ailleurs dans le digital, il a donc fallu que j’apprenne toute seule. En observant et en lisant des contenus sur le fonctionnement des réseaux sociaux.

Et maintenant encore, je pose des questions sur ce groupe du JDCM dès que j’ai un soucis, un questionnement.

Comment peut-on aller plus loin et être au courant de toutes les évolutions?

C’est un des aspects de mon travail qui est passionnant. Apprendre en permanence ou du moins régulièrement, par phase.
Au début j’étais boulimique d’apprentissage et j’en avais besoin aussi bien en photographie – il y a une partie technique qui peut-être pointue et vaste – que dans le digital en général.
Je me suis un peu calmer cette année car pendant 3 ans, j’ai passé au moins 30 % de mon temps à apprendre par le biais de formations terrain, en ligne et beaucoup de lecture ou de vidéos.  

Je le fais encore ponctuellement et cycliquement.

En ce moment, je m’y remets et c’est pour cela que je vous en parle.

C’est une partie du rôle du Community Manager que l’on ne soupçonne pas et qui est chronophage.

Si j’essaie d’évaluer le temps que j’y passe actuellement, cela représente au moins 10 à 15% de mon temps.

Concrètement, comment je réalise ma veille numérique? Comment faire?

– Assister à des conférences (physiques ou en live) sur le numérique ou avec des entreprises qui l’utilisent, qui se sont développées grâce à lui. Pour cela, il suffit de suivre des pages ou des personnes travaillant dans le numérique, on sera alors au courant des événements à venir ou alors on fera parti du ciblage publicitaire. Pour Digital Inspirationnel à Quimper, j’ai été ciblée ou pour les conférences du 4 ou 5 décembre de la plateforme d’Agorapulse (outil d’analyse et de programmation) aussi.
– Lire des articles de blogs d’expert du domaine : des freelances,  des agences, des startups élaborant des outils.
– Acheter leurs formations

  • 👉Suivre des spécialistes du numérique en Freelance ou Agence digital tel que :  

– DANILO DUSCHESNE, spécialiste Facebook Ads, sur Insta, Facebook et Linkedin
– Mounir DIGITAL, spécialiste du Digital sur Instagram et Linkedin
– 3 zestes de citron, spécialiste instagram sur Instragram

  • 👉Des Community Managers Freelances qui dévoilent leur expertise au quotidien  :

– Alice Bodineau (CM) sur Facebook ou Linkedin
– Hanna   G : (Copywriter) sur Linkedin, FB ou Instagram : https://www.instagram.com/hanna_copywriting/. La maitrise du copywriting est essentiel pour un CM.
– …

Elles apportent toutes les deux de très bons conseils. Mais il y en a d’autres. Il suffit de scanner Instagram #communitymanager pour en trouver. En espagnol, il y en a aussi beaucoup.Pour ceux qui comprennent cette langue.

Cela prend un peu de temps de les repérer mais cela vaut le détour.

Je les suis régulièrement sur les réseaux sociaux et via leurs newsletters ainsi que leurs articles de blog.

Ils délivrent beaucoup de contenus de valeur et de qualité. Transmettent leur expertise avec pertinence.

  • 👉Des You tubeurs spécialiste d’instagram?

Comme Dan Noel. Toujours des contenus de qualité. Il y en a d’autres.

On se rend compte qu’Instagram, c’est du travail, ce n’est pas seulement une photo avec les bons hashtags, comme on m’avait dit au début.

Et vous qui suivez-vous? Ça m’intéresse. En découvrir d’autres aussi.

  • 👉Cela peut-être des agences de communications digitales comme par exemple Zebrure (Instagram et site internet).
  • 👉Des startups via leurs outils comme  : Agorapulse, Shopify, Later…
  • 👉« The » spécialistes  du community management ou  du monde digital, ce que j’appellerai les blogs officiels.

Les 3 grands sont :

– Le journal du Community Manager
– Cody le codeur
– Le Blog du Modérateur

C’est bien beau, tout ça mais qu’est-ce qu’on y apprend?

– Tout .
et par exemple :
– Que c’était sur Linkedin qu’il fallait être et publier cette année et pour être lisible – si on a une cible B2B bien sûr- . La portée y est meilleure que sur FB.
– Il fallait être sur Fb aussi mais uniquement si l’on souhaite faire de la publicité car le reach  non payant – la portée organique- ne paie plus.
– Qu’il fallait aussi être sur Instagram car l’année prochaine cela sera encore plus difficile en organique. Beaucoup de gens se sont jetés sur Instagram d’ailleurs, cette année.
– Que même sur Instragram, il va falloir payer.
etc …

Et suivre les spécialistes, cela  prend du temps? Oui en effet,  c’est très chronophage, indispensable mais il faut savoir doser.

Et laisser du temps pour…:

La veille d’inspiration pour repérer les tendances.
Cela fera l’objet d’un autre article.
C’est essentiel pour trouver de nouvelles idées, de nouvelles sources d’inspiration.
Ce n’est pas une perte de temps. Cela permet d’enrichir notre travail.
J’y passe beaucoup de temps et régulièrement

et la veille concurrentielle.

Je me rappelle lorsqu’on m’a dit quand j’ai commencé en Community management  que « ce n’était pas un boulot »

Mais ça c’est une autre histoire….